Historique et Palmarès

LA CREATION

Pour les petits nouveaux parmi nos lecteurs, il faut commencer par préciser que le TANGO BOURGES BASKET est une appellation toute récente. Au commencement,c'était le CJM à savoir le Cercle Jean Mace, club omnisports créé le 15 juin 1967 à la Fédération des œuvres laïques du Cher avec René Aubrun comme premier Président. Jean Macé étant un « vieux monsieur » qui contribua beaucoup, avec Jules Ferry à la création de l’école obligatoire en France. Le colonel Michel Marest, en prenant cette initiative, répond à un besoin d’indépendance par rapport au club principal de la ville, l’USB au sein duquel le basket étouffait. Michel Marest est un basketteur et il a autour de lui une fameuse équipe d’animateurs qui va être l’épine dorsale du club pendant de très longues années.

Le basket fut d’emblée la principale section du club qui devînt plus tard le CJMB et encore plus tard le CJMBB. On avait donc ajouté Bourges et Basket. A cette époque, Bourges n’avait pas de salle pour les sports collectifs. Le basket jouait sous la halle où se tient le marché du samedi. La section basket ne comprenait que des garçons et il fallut attendre le milieu de la décade 70 pour trouver les premières équipes féminines de jeunes qui vont rapidement se hisser au niveau régional. Les masculins caracolent et montent en Nationale 2 après un titre de champion de France de Nationale 3. L’équipe, pourtant de qualité, doit redescendre. Le conseil d’administration du club se rend à l’évidence. Le club n’a pas les moyens pour avoir une équipe de très haut niveau en masculin et en 1987, la décision est prise de mettre tous les efforts sur l’équipe féminine.

VERS LA COUPE RONCHETI

Mais avant cette décision historique, les filles, à leur tour ont grimpé les échelons. Il leur a fallu presque 10 ans pour accéder au plus bas niveau du championnat de France soit la Nationale 4. Nous sommes en 1985 et 2 ans plus tard on fête les 20 ans du club par le titre de championne de France. La réussite sportive corrobore la décision du CA. La machine Tango est lancée. D’autant plus que la ville peu à peu s’équipe en salles. Le Prado est né en 1969 avec une seule tribune et des sièges en béton. La seconde tribune sera érigée en 91 et les deux autres en 94 et 98.

A chaque fois avec un Maire différent et l’actuel apportera aussi…sa pierre ! L’escalier est très vite monté vers ce qui s’appelait alors la Nationale 1A. Voici le club au plus haut niveau français. Les spectateurs et les supporters ont suivi. L’équipe de dirigeants est bien structurée et les financiers publics et privés emboîtent le pas à la réussite sportive. En 1994 un choix on ne peut plus judicieux va permettre d’accéder aux sommets du basket féminin celui de Vadim Kapranov comme entraîneur avec dans sa valise une certaine Khudachova qui va venir s’ajouter aux « gloires » que sont Y.Souvré, A.Kotocova, O.Santaniello Excusez du peu… Avril 95, date du 1er titre de champion de France et du premier sacre européen ! Parme la charmeuse donne la coupe Ronchetti à Bourges la belle endormie et le premier défilé peut se former vers la mairie avec la capitaine Amy Cissé brandissant la coupe.

SUR LE TOIT DE L'EUROPE

Le CJMBB est pour la première fois champion de France en 1995. L’irruption de ce jeune club au plus haut niveau fait un peu l’effet d’une petite bombe dans le monde presque bien huilé du basket français qui sent d’emblée que la domination du club berrichon n’est pas qu’un feu de paille. C’est d’ailleurs toute l’élite du basket féminin qui va en profiter suscitant l’émulation dans les autres clubs et l’ambition d’une équipe de France devenant consciente de ses possibilités. Après la victoire en Ronchetti, l’équipe peut attaquer l’Euroligue, la « vraie » coupe d’Europe.

C’est le temps des queues interminables pour avoir sa place au Prado. La machine tourne à fond et c’est presque « naturellement » que les filles s’envolent pour la Grèce, le cœur lourd, sans Vadim frappé par un deuil cruel. Le crêpe noir sur leur maillot, Yannick et ses coéquipières jettent toutes leurs forces sous la coupole du stade de Larissa. Les Berruyers nombreux sous le ciel hellénique peuvent boire l’ouzo et danser le sirtaki ! La folle prévision de quelques « illuminés » se réalise ? Bourges est champion D’Europe… Et la saison peut se terminer par une 3ème couronne française. Bien des chroniqueurs qualifiés iront jusqu’à dire que l’équipe de cette année-là fût la meilleure de toutes les formations TANGO:

DU TRIOMPHE DU PRADO A VALENCIENNE

Le « peuple » du Prado a surtout vécu l’épopée de Larissa par écran interposé. En cette année 98, Bourges veut vivre intensément le triomphe de « ses » filles. Le Maire a inauguré la dernière tribune mais les places vont s’arracher ! La première demi-finale de ce « Final Four » est une redite du championnat de France puisque Bourges rencontre…Valenciennes. Mais les TANGO ne vont pas laisser partir cette finale de rêve face à Madrid. Le coach espagnol avouera après la rencontre « à un moment je me suis surpris à regarder jouer mes adversaires ».

Le peuple berrichon peut, pour une fois, se laisser aller à l’exubérance dans la mairie envahie. Il recommencera quelques jours plus tard pour un quatrième titre national toujours avec Valenciennes qui s’impose comme le grand rival.   Et cette rivalité va perdurer pendant des saisons jusqu’à priver Bourges de titres de 2001 à 2005 inclus. Valenciennes domine mais Bourges sait se rebiffer dans les grands moments puisque Bourges défait le club nordiste en finale de l’Euroligue à Messine dans la nuit d’un printemps sicilien en 2001. Un match acharné se jouant dans les dernières secondes sur un panier de Cathy Melain sur une passe décisive de Yannick Souvré. Deux équipes, deux publics différents. Le basket féminin français en profite. Mais les nuages vont s’accumuler dans le ciel nordiste et, pour un temps Bourges va se retrouver orpheline d’une véritable opposition.

LE CLUB EVOLUE, LES TITRES SONT DE RETOUR

La société change vite et le petit club associatif est contraint d’évoluer et dans sa forme et dans son fonctionnement économique. Il est d’abord créé le Bourges Basket Entreprises ( BBE ) qui permet de rassembler les entreprises privées et les pouvoirs publics en les réunissant pour une réflexion commune et des actions concertées. Pour se faire, un lieu était nécessaire en plus du mythique « Pass et Va » qui depuis le début a vu défiler tous les passionnés des Tango. Ce nouvel espace sera le centre de convivialité des après-match avec les partenaires, les invités, les joueuses.

C’est l’endroit dans Bourges où « il faut être vu ». Mais le plus grand changement se fait en 2003. Suite à une nouvelle loi sur les groupements sportifs, il est créé Bourges Basket SA qui gère la section professionnelle et le centre de formation. La section amateur, avec sa vingtaine d’équipes demeure sous la loi de 1901 avec son conseil d’administration et ses nombreux bénévoles toujours indispensables. Cinq saisons sans titres, c’est très long. Sous la houlette de Pierre Vincent Bourges s’offre un nouveau grand chelem en 2006 (championnat, coupe de France et tournoi de la Fédération). Il s’agit 7ème titre mais on est encore loin du record des Clermontoises…La série de Valenciennes est terminée par une belle sans appel. Le 40ème anniversaire du club en juin 2007 permet une grande fête et un agréable retour en arrière avec la présence de beaucoup d’anciens joueurs et joueuses.

LE TITRE A MONTPELLIER

Certains diront : la grande incertitude du sport. D’autres : il est sain d’avoir un rival à sa hauteur. Ce 13ème titre semblait promis à Bourges et la course au record absolu pouvait être lancée à l’automne 2014 mais Valéry Demory et son équipe ne l’entendait pas de cette oreille et Emmeline Ndongue, pour son dernier match, ne put auréoler son palmarès personnel d’une 6ème distinction ! Le Prado était déçu et Montpellier décrochait enfin le titre qu’il avait tellement frôlé la saison précédente.

Est-ce à dire que Montpellier peut-être le Valenciennes de ces années qui viennent ? Sans aller jusque-là, voici un vrai rival pour l’équipe Tango, sans oublier d’ailleurs qu’une autre équipe peut également se positionner. Un nouveau chantier donc, bien différent de celui du nouveau Prado qui soulève tant de curiosités. Les chantiers ne manquent d’ailleurs pas avec en particulier cet énorme travail lancé à l’initiative du Bourges Basket pour une meilleure reconnaissance du sport féminin dans notre pays « lutter contre le mépris du sport collectif féminin, c’est du sport ». Cette métaphore rappelée par P.Fosset dans son avant-propos des 60 propositions pour le sport féminin illustre bien toutes les difficultés qu’il va falloir surmonter…Mais n’est-ce pas comme le dit le titre de l’ouvrage avant tout un travail d’équipe ? Et à Bourges, on connait !

LE TREIZIÈME TIRE, EN ROUTE POUR LE RECORD

La saison 2014-2015 ancre encore plus le Tango Bourges Basket dans l'histoire du sport français. Invaincues à domicile que cela soit en saison régulière de championnat ou en Euroleague, les Tango enchaînent les victoires et se retrouvent face à Villeneuve d'Ascq en finale des playoffs. La finale est très tendue et indécise jusqu'au bout, il faut attendra la dernière seconde de la belle et un tir à trois points de Virginie Brémont pour enfin libérer les coéquipières de Céline Dumerc qui s'imposent 51-49. La fête est à la hauteur de l'attente pour le Palais des Sports du Prado qui connaît un dernier titre avant sa rénovation.

Dans son nouveau Prado, le Tango Bourges Basket gagne en 2016 un nouveau titre européeen en s'imposant en finale d'Eurocup face à Villeneuve d'Ascq, mais échouera en finale des playoffs face à Montpellier lors d'une belle accrochée pour le dernier match de Céline Dumerc sous les couleurs Tango. 2017 marque "un nouveau souffle", avec un effectif remodelé, les joueuses de Valérie Garnier iront décrocher la neuvième Coupe de France de l'histoire du club avant de s'incliner en demi-finale du championnat face à Montpellier.

3 Euroleagues

1997, 1998, 2001

13 Championnats de France

1995, 1996, 1997, 1998, 1999

2000, 2006, 2008, 2009, 2011

2012, 2013, 2015

1 Ronchetti

1995

9 Coupes de France

1990, 1991, 2005, 2006, 2008

2009, 2010, 2014, 2017

Eurocup

2016

7 Tournois de la Fédération

1996, 1999, 2000, 2001, 2006

2007, 2008