Les News

Les actualités du Tango Bourges Basket

« Une excellente saison qui aurait pu être exceptionnelle »

Alors que la Fédération Française de BasketBall a annoncé la fin des Championnats jeunes, les entraîneurs du Centre de Formation Virgile Abel et Benoit Peyrot livrent leurs réactions, leur bilan et la façon dont ils appréhendent la suite.

 

Bonjour Messieurs, comment allez-vous ?

Virgile Abel : Ça va bien. Comme tout le monde, on est un peu coupés du monde extérieur, on s’occupe activement avec le recrutement et on travaille d’une nouvelle manière, ce qui brise un peu la routine qu’on peut avoir.

Benoit Peyrot : Moi je suis bien occupé avec mes enfants, on est bien occupés. J’apprends un nouveau métier d’instituteur, on fait du sport en famille, on s’occupe différemment de ce qui peut se passer habituellement.

 

On appris dimanche l’arrêt définitifs de vos championnats. Quels ont été vos réactions suite à cette annonce ?

B.P : Nous avions travaillé en amont de cette décision et faire preuve de réactivité face aux choix de la structure d’hébergement qu’est le CREPS Centre Val de Loire et des décisions ministérielles que celle-ci avait reçue au préalable. Tout le monde l’a bien compris et accepté. On est forcément déçus puisque l’on a travaillé toute l’année pour cette fin de saison, pour ses matchs couperets.

V.A : On s’attendait forcément à l’arrêt du championnat, donc on l’a rapidement digéré. Après oui, on est forcément déçus puisque l’on réalisait une excellente saison qui pouvait se transformer en exceptionnelle par la suite. Mais c’est un choix de raison, le sport n’a aucune importance par rapport à ce qu’il se passe actuellement dans le monde.

Un groupe soudé à l’état d’esprit irréprochable

 

Avez-vous des échanges avec les joueuses ?

V.A : Benoit a proposé une préparation physique sur cette période pour qu’elles continuent de travailler athlétiquement parlant. De mon côté j’échange avec certaines qui ont besoin d’être accompagnées sur des projets, de réfléchir à leur avenir. Je suis également en lien avec les « leaders » d’équipe qui sont au contact du groupe pour faire le relais entre les coachs et les joueuses. On essaye de s’organiser pour qu’elles restent en forme, c’est notre rôle, même à distance.

B.P : Finalement, on est beaucoup dans le télétravail. Je travaille sur la préparation des joueuses, elles posent des questions sur les exercices, les postures etc… Il faut savoir qu’il faut « saccader » celle-ci puisque l’on s’adapte aux mesures de confinement et à sa durée. On a donc fait une première partie d’une quinzaine de jours, j’ai pris les remarques des joueuses et suggestions et relancé une deuxième en fonction des besoins de chacune.

 

Si la saison s’est terminée de façon prématurée, on peut tirer un bilan de cette année ?

V.A : D’un point de vue comptable, nous étions premières en NF2 et en Espoirs.  Pour une équipe renouvelée à 80%, c’est exceptionnel. Le groupe a avancé dans l’année avec un état d’esprit remarquable et les résultats sont en adéquation avec celui-ci. Au-delà du sportif, il y a eu des projets individuels qui se sont développés dans la bonne direction. Le bilan est très positif.

B.P : Je rejoins Virgile sur l’état d’esprit du groupe et la façon de travailler qui ont amené d’excellents résultats. Pour preuve en U18 nous terminons la saison invaincus dans toutes les compétitions dans lesquels nous étions engagés. On a fait de très bonnes choses et j’espère qu’à la reprise la dynamique sera la même.

L’ensemble du groupe du Centre de Formation 2019-2020

 

Cette saison, de très nombreuses jeunes Tango ont rejoint le groupe professionnel. Comment jugez-vous leur adaptabilité à un tout autre niveau ?

V.A : Les retours des coachs de la section professionnels étaient très bons. De mon regard extérieur j’ai trouvé qu’elles avaient réalisé un très bon travail sur toutes leurs entrées. Encore une fois, ce sont des joueuses avec un excellent état d’esprit. Si on réalise une excellente saison avec le Centre de Formation, c’est parce qu’elles ont été nombreuses à côtoyer les professionnelles à l’entraînements voire disputer des rencontres de Ligue Féminie et d’Euroleague. Tout le monde est gagnant dans cette situation et cette année en est la preuve.

B.P : Effectivement, les Jeunes Tango ont eu un excellent état d’esprit lors de chaque participation auprès des professionnelles. Je pense que ces dernières ont été tout aussi excellentes dans la façon de les intégrer. Les professionnelles n’ont pas fait de distinction dans le travail entre jeunes et pros et ont pu s’entraîner de façon régulière et intense tout en gardant la bonne humeur dans le groupe.

V.A : Il faut noter que sur les 17 joueuses du Centre de Formation, 13 se sont entraînées avec l’effectif professionnel. Cela montre bien que l’ensemble du groupe a répondu aux attentes. Il faut savoir que si les joueuses ne sont pas prêtes à répondre aux exigences professionnelles, nous ne pouvons les amener aux entraînements de l’équipe première. Le staff professionnel a régulièrement fait appel à elles, l’échange a été bénéfique pour tout le monde et a prouvé la qualité de travail de toutes.

Pauline Astier a souvent rejoint l’effectif professionnel lors de matchs officiels

 

Comment travaillez-vous pour l’effectif de la saison prochaine, sachant que certaines journées de détection ont été annulé suite à l’épidémie du Coronavirus ?

B.P : Il faut savoir que l’on avait déjà bien avancé durant toute la saison avec différents points de rendez-vous avec le camp interzone, le camp national et le tournoi des demoiselles à Bourges puis les détections INSEP et les journées de détection à Bourges. L’épidémie du Coronavirus a un peu chamboulé la fin du processus. On s’est appuyé sur des choses que l’on faisait avant, Virgile et Philippe Peyrot (Directeur du Centre de Formation) réalisent des présentations de la structure auprès de chaque famille puis nous réalisons des entretiens via visioconférence avec les joueuses prétendantes, pour voir si leur état d’esprit colle aux valeurs du club. On échange avec leurs entraîneurs respectifs et nous visionnons beaucoup plus de vidéos qu’à l’accoutumée.

V.A : Il est forcément plus difficile de recruter par ce biais de visioconférence car le contact humain n’est pas le même. On a passé beaucoup plus de temps au téléphone et devant notre ordinateur tout en essayant de garder le même regard qu’on avait avant l’épidémie et lors des process habituels. Je pense qu’aujourd’hui on peut annoncer que le recrutement est terminé et nous en sommes ravis par rapport aux profils des joueuses qui vont nous rejoindre l’année prochaine.

Un dernier mots messieurs ?

V.A : Je veux juste conseiller aux gens qui ont pris le temps de nous lire de bien rester chez eux et de bien prendre soin de leurs proches. Maintenant j’ai hâte de retrouver le plus vite mais surtout le plus sainement possible le Centre de Formation pour accompagner les joueuses sur la fin d’année et préparer la prochaine.

B.P : Je souhaite remercier tous ceux qui travaillent actuellement et font face à l’urgence sanitaire. Bon courage à tous pour ce confinement et je l’espère à bientôt pour de nouvelles aventures.